24.1.06

Deja 1 an !

Aujourd'hui, cela fait un an jour pour jour, que nous sommes au Japon. Ici, nous nous sommes un peu coupés de tout. Ainsi, le référendum, les élections en Allemagne ou les émeutes des banlieues nous ont parus très lointains.

Si je regarde en arrière, je dirais que la grande surprise vient de Tokyo. Je me souviens notre inquiétude de quitter Munich, qu'on appelle souvent le "grand village" avec 1 million 5 de "villageois", pour venir nous installer a Tokyo, dont l'agglomération atteint 30 millions d'habitants. En fin de compte, notre vie ici est très chouette. Évidemment, exception faite des visites de parcs et autres sorties rapides dans les montagnes et la campagne nous vivons, ici, dans un environnement 100% urbain. Pourtant, rien d'étouffant, peut-être parce que nous avons la chance de ne pas être loin de la Baie.

Le plus dur (en dehors du travail), fut la mentalité japonaise. Dans d'autres circonstances identiques à l'étranger j'avais pu rencontrer chez eux, des Danois, des Canadiens, des Brésiliens ou des Allemands...En arrivant ici, nous nourrissions l'espoir de sympathiser avec des Japonais. Après 6 mois et de nombreuses tentatives, nous avons un peu abandonné le projet pour nous tourner vers les communautés française et allemande en évitant toutefois les "expats". Les rares vraies rencontres se comptent sur les doigts d'une main...

Mon explication serait qu'ici, 98% de la population est d'origine japonaise (et quand je dis d'origine, c'est vraiment d'origine ; les Coréens même descendants sont comptés Coréens et représentent 1,8% de l'ensemble ! On calcule facilement ce qui reste pour les autres nationalités). Les Japonais, comme les Français, pensent que leur pays est le plus beau du monde et cela leur paraît normal que tout le monde veuille y venir (mais de là à y rester pour travailler). Et c'est absurde du fait que ce n'est vraiment pas un joli pays... Il y a une certaine suffisance et même arrogance (au travail), face à un étranger, et c'est différent de ce que j'ai observé dans les autres pays où j'ai eu l'occasion de séjourner. Peut-être, au Danemark, les choses n'étaient pas simples non plus mais c'est, peut-être, parce que je n'étais pas très exotique et, physiquement, je passais inaperçu. Ce n'est pas le cas ici.

19.1.06

Tours et seismes

Les bureaux d'Advantest (la compagnie où je travaille) se trouvent à Otemachi, au centre de Tokyo près de la Gare Centrale. Etrangement, ce quartier est tout neuf, ou plutôt, remis à neuf. Jusqu'à présent, le quartier d'affaires de Tokyo était Shinjuku, sans égal dans toute la mégalopole. Depuis, donc, 4 ou 5 ans, il y a, semble-t-il, un éclatement de cette centralisation : Otemachi, donc, mais aussi Shimbashi, Akihabara, voir Yokohama.

Aucune station de la Yamanote line (le RER circulaire de Tokyo) ne semble épargnée. Partout, de belles tours de verre se dressent comme pour narguer les pessimistes qui attendent le "big one" (le tremblement de terre qui devrait raser Tokyo).

A ce propos, cela doit coûter une fortune de construire ainsi suivant les règles anti-sismique. En effet, pour palier aux vibrations d'un tremblement de terre "normal" (c'est
à dire, au moins, jusqu'à force 7 sur Richter), ces tours sont montées sur un sous-bassement hydraulique et, à leur sommet, des poids de plusieurs tonnes contrôlés par ordinateurs, peuvent se déplacer pour amortir les chocs.

Pour superviser ces systèmes, le Japon finit de mettre au point un moyen de détection en prévention des tremblements de terre. En effet, ces derniers sont précédés d'un premier signal sismique qui est à présent, détectable, ce qui permet de prendre les premières mesures d'urgences (comme arrêter les trains, les centrales nucléaires ou encore déplacer les poids sur les tours).

Evidement, plus l'épicentre est proche, plus le temps entre le signal et le séisme est court...

Pour illustrer mes propos, j'ai pris une photo d'une tour en construction. La photo n'est pas très bonne mais on peut voir qu'une dizaine d'étages a déjà été construite. J'essaierai de prendre régulièrement des nouvelles
de cette tour qui grandit tous les jours...

En bonus, encore une photo des montagnes. En hiver, l'air de Tokyo peut être très limpide malgré la pollution. Les montagnes apparaissent alors toutes proches. Aujourd'hui, c'est un vrai jour provençal : froid et sec.






17.1.06

Métro c'est trop !

Cela va bientôt faire un an que je me tasse tous les matins, et parfois le soir, dans la ligne la plus bondée du métro de Tokyo. Pour plus de confort, j'ai avancé mon départ de 20 minutes afin d'éviter l'heure de pointe entre 7h50 et 8h15. J'aurais évidement préféré le retarder de 20 minutes mais, dans mon entreprise, il est impératif d'être au bureau a 8h45.

Donc, quand le train arrive, le quai est déjà plein de japonais attendant, bien en ligne, devant chaque porte (des marques au sol permettent de se repérer). La foule présente remplirait facilement le train mais ce dernier est déjà plein ! Peu importe, tout le monde rentrera ou plutôt s'y entassera sans la moindre protestation.

Je me souviens le premier jour, à la vue du wagon plein, j'ai préféré laisser ce train passer. Malheureusement, c'était un rapide et le train suivant s'arrêtait à toutes les petites stations et était encore plus plein !! Depuis, j'ai appris a m'insérer dans un wagon bondé. C'est devenu mon sport du matin. En fin de compte, ça devient presque un plaisir ! Le fait que je sois grand et imposant (pour les japonais) m'y aide beaucoup.

Par contre, les 25 minutes suivantes ne sont pas fantastiques : les sacs à main qui rentrent dans le dos ou dans les cuisses, chaque freinage et chaque accélération nous compressent encore plus sur nos voisins. Enfin, même en hiver, les japonais transpirent rapidement...

Ces dernier temps, Cordula m'accompagne souvent. Elle a encore du mal à "s'insérer" mais au moins, pendant le trajet, je suis agréablement écrasé contre elle !

12.1.06

Sondage


Aujourd’hui, j’ai mis ma nouvelle cravate. Comme c’est un cadeau de noel, je ne l’ai pas choisie moi meme et j’avoue avoir encore du mal a savoir si je l’aime ou pas. Faite pour egayer les chemises blanches (presque obligatoire ici), je ne sais pas si le rose, qui est presque preponderant, n’est pas un peu trop “flachy” voir trop “gay”.

Donc, sans vous dire l’origine du cadeau pour etre plus objectif, je voulais savoir ce que vous en pensez.

La photo a ete prise ce matin, dans la grande verriere de mon immeuble. Ici, il fait tres beau et tres doux a midi. Malheureusement, le soir, tout ca disparait et on se caille les miches, je vous le dis !

6.1.06

Epiphanie

Aujourd’hui, apres avoir dejeune italien avec Cordula comme on aime bien le faire (ce qui nous vaut le surnom de “young couple”), nous sommes alles achetes notre pain dans la boulangerie francaise de la gare centrale. Je sais, ca fait pas tres integres, mais c’est plutot rare. En plus, “italien”, c’est rapidement dit (bien que les spaghettis soient bien aldentes) et “boulangerie francaise” peut faire sourire aussi.

Donc, nous sommes dans la “boulangerie” et quelle est ma surprise quand je vois une galette des rois pur beurre a la frangipane ! Elle avait l’air tout ce qu’il y a de plus traditionnelle. Le prix (2100Yen, donc 18Euro pour une galette de 15cm de diametre) l’est un peu moins.


En tout cas, ca ma rappelait que c’est aujourd’hui l’Epiphanie. Dans le temps, cette fete etait pour moi un melange de bonne frangipane et de passage sous la table pour la traditionnelle distribution faite par le plus jeune… Jusqu’a l’annee derniere, ce n’etait qu’un jour ferie qui permettait de nous reposer des fetes (l’Epiphanie est ferie en Baviere). A present, c’est une petite galette pour 2100 Yen…

Bonne Epiphanie et bonnes galettes !! (pensez a moi : gardez moi une part)

5.1.06

あけまして おめでと ございます!


lire : AKEMASHITE OMEDETO GOZAIMASU
c'est a dire : bonne annee 2006!
Et oui, ca y est : on y est. En fait, on est de retour.

Nous avons passee les fetes en Allemagne et en Provence. 2 semaines et demie de conges. Incroyable pour un japonais. J'avais presque un peu honte. Mais ca en valait la peine. Ca nous a fait beaucoup de bien.


Le retour fut bizarre. Ce n'etait plus l'inconnu de janvier 05. Nous nous sommes meme super bien orientes dans l'aeroport et les trains de banlieu pour arriver a la maison exactement 2 heures apres etre sortis de l'avion. Il y avait meme une certaine joie a retrouver la petite place de Urayasu. Oui, nous rentrions a la maison. Notre appartement nous attendait et notre premiere nuit dans notre lit fut tres longue (nous nous sommes couches a 9h30) et reparatrice malgres le froid. Et oui, ici aussi, c'est l'hiver. Et un peu comme en Provence, il fait bien froid a l'interieur.


Hier, c'etait le premier jour de travail au bureau. Nous avons donc passes la matine a nous souhaiter bonne annee comme le titre de ce poste l'indique. Mais ici, ce n'est pas juste une poignes de main et un sourire, c'est un vrai salut a la ja ponaise comme dans les films. Vous pouvez alors vous imaginez un 50aine de japonais dans un grand bureau se courbant des qu'ils rencontrent un nouveau collegue (donc, tous les 2 metres). C'etait assez pitoresque !