13.4.06

Totoro

Si tu as un probleme, il te suffit d'appeler tres fort:
"Totoro, totoro, TOTORO !"
Et si tu as de la chance, alors un "chat-bus" avec des petites souris comme clignotants, apparaitra en t'emmenera la ou tu dois aller.

Non, je ne divague pas et je ne suis pas fou. Non, le Japon n'est pas le pays de fees. Mais cette histoire sans queue-ni-tete est le scenario d'un dessin anime japonais, generalement appele "Manga", mettant en scene deux adorables petites filles qui decouvrent les bons Esprits qui peuplent la foret voisine.


Bien que, en France, on apparante souvent les mangas aux dessins-animes des annees 80 (Goldorak), violent, voir carrement erotique, il y a aussi tout un domaine qui traite du merveilleux. Les dessins sont alors tres vivants et tres expressifs, bien plus que tous les productions Walt-Disneys actuelles. Les histoires sont etrangement a cheval sur la realite et la fiction. Un peu comme la Bd de Fred "Philemon" qui retombait toujours sur ses pattes a la fin.


Exemples, donc :

Mon voisin Totoro

La ville suspendue de Puta
...

Bon, la je n'ai pas trop d'exemples, mais si ca vous interesse, faites le moi savoir.

6.4.06

Les dieux du ski

Bon, il est un peu tard, mais je me depeche tant qu'il fait encore un peu frais, pour vous parler de nos week-ends au ski avec mes collegues.

D'abord en janvier puis en mars, nous sommes donc partis avec un groupe de collegues dans les Alpes Japonaises. Evidement, entoures de 4 et 9 Japonais, nous pouvions imaginer que les decisions seraient difficiles a prendre et que le groupe souffrirait d'une lourde inertie, mais nous comptions sur la perfection japonaise et la motivation qu'ils mettent au travail pour esperer des week ends sain et sportif... Apres l'experience mitigee de janvier, nous avons fait une 2eme tenative.


Le resultat fut quelque peu deroutant...

Malgres un depart bien matinal et une arrivee sur place avant midi, nous n'etions fin pres sur les pistes qu'a 14h30 ! A notre grande surprise, le groupe s'est completement disloque. Nous nous sommes alors retrouves avec les "veterans" plus ages et plus experimentes (et surtout plus grades). Seconde surprise, au bout de 3/4 d'heures et 3 descentes, mes collegues se confondent en excuse, accusant l'age (l'un d'eux a atteint les 60 mais les 3 autres se trouvent entre 36 et 48...), ils se dirigent vers un bar au milieu des pistes pour commencer la soiree au sake... De notre cote, nous avons percevere, quelques fois avec d'autres collegues croises par hasard (la station etait toute petite), et avons pu skier jusqu'a 17h !

Retour a l'hotel pour savourer les bains japonais (Onzen). Ca, c'est le mieux: apres l'effort, le reconfort !
La soiree fut bien arrosee surtout pour les collegues qui esperaient ainsi s'attirer les faveurs des 2 managers qui nous accompagnes.

Le lendemain, petit dej' a 8h. Tres bien. Biere au menu ... hmmm moins bien. Arrivee sur les pistes a 9h45... Par contre, superbe neige, soleil genial, pistes interessantes (pas que des bleues "boulevards"), donc super journee en perspective ! A 11h, le premier groupe s'arrete essoufle pour se remettre a la biere. Nous perseverrons en duo jusqu'a midi, car un rendez-vous avait ete fixe pour dejeuner.

Mais, au lieu de s'installer dans un restaurant d'altitude, fait pour les skieurs, nous sommes descendus dans la vallee, puis dans le village. C'etait comique de nous voir se ballader comme des elephants de restaurants bondes (il etait 12h30) en restaurants n'acceptant pas les chaussures de ski. Finallement, nous en avons trouve un, mais je ne sais pas comment ils ont fait, mais nous avons du attendre 1 heure avant reception de notre commande ! Il etait alors pres de 14 heures et ce n'etait plus interessant de remonter, si nous voulions encore profiter du onzen, le train partant a 16h.

Un calcul rapide montre, donc, que nous avons skie 5h30 sur 2 jours ! Ca tient de l'exploit! Pour les japonnais, en tout cas, ca l'est et nous passons depuis lors pour des dieux du ski !!

5.4.06

Martin à Tokyo

Il y a -déjà- 10 jours, Martin (prononcer "Martine", je sais, ça fait bizarre au début mais on si fait vite)... Martin, donc, nous a fait la joie de passer un week-end avec nous. Profitant d'un voyage d'affaire dans le coin, il a repoussé la date de retour pour rester 2 jours avec nous.

Ce fut une... une terrible sensation de "normal", de "visite amicale". En effet, Martin était déjà venu au Japon. Cette fois-ci, donc, il venait juste pour nous voir. En plus, il nous a avoué qu'il n'avait plus souvent l'occasion de faire la grâce matinée depuis la naissance de son fils. Ainsi, il était bien content de prendre son temps le matin, au même rythme que nous. Si on ajoute à cela le fait que Lukas n'était pas loin, on se serait vraiment cru de retour à Munich.

On a pu lui montrer le Tokyo que nous apprécions, Cordula et moi, comme Shimbashi et ses petits déjeuners au 42eme étage, Akihabara, une ballade en bateau et Asakusa pour les Yukatas (Kimono d'été)... En tout cas, ca nous a fait beaucoup de bien. Merci encore et à bientôt !